17.2 C
Munich
mercredi, juin 12, 2024

RDC -Glissement au bout de course : Joseph Kabila le grand gagnant!

Encore plus

La RDC est engagée sur un processus qui, à terme, devrait conduire au quatrième cycle électoral en fin d’année 2023. Seulement voilà, plusieurs paramètres sont en train de plomber ce processus, notamment la guerre imposée au pays par la coalition M23/Rwanda qui a accaparé toutes les énergies, l’attention et les moyens de l’État, mieux de la nation entièr.

Quelques 8 mois nous séparent de ces échéances et la visibilité commence à devenir chaque jour nulle, même si les opérations préélectorales ont été lancées à travers le territoire national, excepté les zones de tensions armées dont les Kivu, l’Ituri et le territoire de Kwamouth où les exactions des hommes en armes ne faiblissent pas.

Et dans la majorité, de plus en plus de voix s’élèvent pour faire comprendre à demi-mot que la situation d’insécurité imposée au pays peut compromettre la tenue d’élections dans les délai

Et la semaine, une rumeur forte persistante a fait le tour de la capitale, surtout dans les salons huppés de la ville; laquelle ferait état des pourparlers ou négociations, appelé ça comme vous voulez, seraient entamés ou en voie de l’être entre Tshisekedi Félix et Kabila Joseph. Vrai ou faux, ça graviterait autour du processus électoral et du possible glissement en bout de course.

Et les observateurs avertis, tout glissement profiterait à Kabila Joseph. En fait, Tshisekedi Félix se verra obligé de sacrifier certains transhumants pour remettre Joseph Kabila en selles, mieux le ressusciter politiquement. Si pour Lamuka, Matata, Katumbi, ECC-CENCO, la revendication, c’est revoir la composition de la CENI, de la Cour constitutionnelle et le consensus autour de certaines dispositions de la loi électorale, pour Kabila, c’est repartir sur de nouvelles bases, des bases saines, c’est-à-dire récupérer sa majorité perdue en pleine législature. Pour une première, c’en est une en RDC. Une majorité a basculé en pleine législature, sous forme de coup d’État parlementaire, sans effusion de sang, comme dans un gang de velou.

C’est la marque Fatshi Béton, fils du Sphinx de Limete. C’est fort possible que Kabila en fasse sa principale revendication.

Et surtout, si ces négociations ont lieu au sein des institutions, le sénateur à vie  en sortira le grand gagnant. Non seulement, le Raïs va récupérer sa majorité, il va revendiquer des postes ministériels, la primature, le Parlement; un peu comme du temps de l’accord FCC-CAC.

Pour ce faire, Fatshi sera obligé de sacrifier certains transhumants qui l’ont aidé à conquérir la majorité en pleine législature. Notamment Jean-Charles Okoto, celui-là même qui a porté le poids de ces transhumants PPRD/Mosaïque, mais qui n’a jamais été récompensé.

Heureusement pour Jean-Pierre Lihau devenu VPM de la Fonction publique, Adrien Bokele Qui a hérité du portefeuille de Pêche et Élevage,  d’autres nommés à la tête des entreprises d’État et membres de conseil d’administration.

A côté de Kabila, il y a Katumbi avec un nombre d’élus qui l’ont abandonné au nom de la transhumance politique mais garde un bon nombre d’élus.

Qui vivra verra !

TSG

- Advertisement -

Netic articles

- Advertisement -

A la une

SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK


This will close in 30 seconds