17.2 C
Munich
mercredi, juin 12, 2024

RDC-Lamuka : Martin Fayulu – Adolphe Muzito, le divorce consommé《Dessous des cartes》

Encore plus

Le partenariat qui a lié Martin Fayulu au sein de la plateforme Lamuka à son frère de case, Adolphe Muzito, est en train de voler en éclats.
A l’origine, c’est ce communiqué du vendredi 31 mars dernier, au terme duquel Martin Fayulu interdit à Adolphe Muzito et son parti d’engager la plateforme née à Genève en 2018.

« Le collège des présidents de la plateforme Lamuka a pris acte du retrait volontaire d’Adolphe Muzito et de son parti Nouvel Elan lors de sa réunion ordinaire du 23 janvier 2023. En conséquence, ils ont perdu toute légitimité de s’exprimer au nom et pour le compte de Lamuka, y compris via ses comptes dans les réseaux sociaux », lit-on dans ce document signé Martin Fayulu.
Dans le même communiqué, Fayulu reproche à son désormais ancien partenaire et son parti politique Nouvel Élan, d’avoir créé une structure appelée « commission électorale et de lutte contre la fraude électorale » au sein de la plateforme politique Lamuka.

La réaction du parti d’Adolphe Muzito est à la hauteur de la témérité de Martin Fayulu.
Le secrétaire général de Nouvel Elan, Blanchard Mongomba, dénonce, à la faveur de la conférence de presse organisée ce samedi 1er avril une « pure escroquerie » de Martin Fayulu.

Aux accusations de Fayulu, Blanchard Mongomba ne voit qu’un montage du leader de l’Ecidé à l’approche de la date du 11 avril, prévue pour la passation des flambeaux à la tête du présidium de la plateforme.

« Adolphe Muzito attend donc la remise et reprise avec Martin Fayulu. Dans le cas contraire, il prendra acte du retrait volontaire de Fayulu dans la plateforme politique Lamuka », a réagi, pour sa part, Blanchard Mongomba.
Par ailleurs, le SG de Nouvel Elan conclut à « l’incompétence intellectuelle » du Conseil des présidents, simple organe consultatif de Lamuka et n’a donc pas compétence de constater le « retrait volontaire » de Muzito (sic).

Avant de porter un dément cinglant aux accusations selon lesquelles Adolphe Muzito aurait signé une lettre le 22 décembre 2022 consacrant son retrait de Lamuka.

Quel héritage pour Lamuka

Créée en 2018 dans la ville Genève, en Suisse, Lamuka était la plateforme politique qui devait réunir l’opposition congolaise au régime Kabila. Question de faire bloc et unité contre le président sortant arrivé fin mandat 20 décembre 2018.
Tous les grosses pointures de l’opposition se réunissent au sein d’une plateforme politique. Au nombre de ces poids lourds, il y avait Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba Gombo, Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi, Martin Fayulu, Adolphe Muzito, Freddy Matungulu…

Seulement voilà, la gestion des ambitions a vite faire exploser le groupe car, après la désignation de Martin Fayulu comme candidat de l’opposition à la présidentielle de 2018 face au candidat désigné dauphin de Joseph Kabila frappé par la limitation de mandat, Vital Kamerhe et son ami, son mwana mayi, Félix Tshisekedi quittent le groupe pour Nairobi (Kenya). En présence du président kenyan Uhuru Kenyatta, ils concluent un accord de gouvernance dans cette plateforme qu’ils ont dénommée CACH.

Et comme une plaie puante, Lamuka a chassé l’un après l’autre de ses pères fondateurs. C’est d’abord Matungulu, puis Katumbi et Bemba simultanément. Finalement, la case ne sera tenue que le tandem Fayulu- Muzito, deux leaders ressortissants d’un même patelin, le Kwilu.
On s’est dit que les deux leaders avaient toutes les raisons de tenir leur unité pendant longtemps, étant donné les liens de coterie. C’était mal connaître les dirigeants politiques congolais qui ont l’incapacité congénitale de se mettre ensemble pour une cause.

Egoïstes et soupçonneux, Fayulu et Muzito finissent par se rentrer dedans. Aujourd’hui, l’un exclut l’autre au sein de ce qui restait encore de la plateforme Lamuka.

Quel héritage pour Lamuka, si ce ne sont que querelles, méfiance les uns envers les autres, hypocrisie, soupçons, exclusion… tous les maux imaginables.

Netic-News

- Advertisement -

Netic articles

- Advertisement -

A la une

SUIVEZ NOUS SUR FACEBOOK


This will close in 30 seconds